23/06/2017 : Les feux de l’Amour

 

Journée sur les rails pour relier Tchita en Transbaikalie à Belogorsk puis Blagovechtchensk dans la région de l’Amour. Une journée et deux nuits à bord du Transsibérien, la première nuit étant très écourtée, conséquence d’un retard de près de deux heures du train. Pas de quoi perturber le flegme des cheminots russes, habitués à ce genre de péripéties. Que sont deux heures de retard sur un parcours de 9298 km?
Nous sommes donc désormais dans la région de l’Amour, un « confetti » de 361.000 km2 (la superficie de l’Allemagne!) dans l’immensité sibérienne. Elle a notamment une frontière au Nord avec la République de Sakha (3 millions de km2, moins d’un million d’habitants, capitale Iakoutsk) qui représente 10 fois sa superficie et qui, si elle était indépendante, serait le 8e pays le plus vaste au monde après l’Inde.
Le ciel de la région de l’Amour est parfois en feu. Non pas à cause des incendies de forêts qui pourraient ravager la taïga sibérienne. Mais à chaque lancement d’une fusée Soyouz. La petite ville de Tsiolkovski est en effet devenue le nouveau Baikonour. C’est à quelques kilomètres de la ville que les Russes développent depuis 2010 le cosmodrome de Vostotchny, le but étant de ne pas dépendre totalement des alliés kazakhs sur le territoire desquels se trouve la très stratégique Baikonour. Un complexe de lancement dédié aux fusées Soyouz à été aménagé à Vostochtny en 2016. Un deuxième pas de tir pour des fusées plus lourdes (fusées Angara) devrait voir le jour d’ici 2021. De quoi enflammer toute la région de l’Amour!

Une réflexion au sujet de « 23/06/2017 : Les feux de l’Amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>