Croisière routière. Salaün ose la traversée de la Sibérie (Le Télégramme le 2 février 2013)

Relier l’Atlantique au Pacifique à bord d’un autocar de luxe. Le voyagiste Michel Salaün en avait rêvé. La société basée à Pont de Buis ( 29) se lance dès cet été.

Voyager de Brest à Vladivostok au bout de la Sibérie, en traversant la Russie, au terme d’un voyage de 47 jours, pas moins de 16 000 km et neuf fuseaux horaires. Le périple s’accorde même une incursion de quelques jours en Mongolie et une journée entière ( une nuit) à bord du mythique Transsibérien.

47 jours
La dernière proposition commerciale de Salaün Holidays qui transporte 170 000 personnes par an en voyages organisés (avec sa branche Nationaltours) explose le carcan du voyage en autocar. D’abord sur la durée du périple, 47 jours à l’aller, 49 jours au retour. Le concept s’apparente à une grande croisière routière maritime de plusieurs semaines, à bord d’un autocar « Royal Class ». Les participants (idéalement 25 à 30 passagers, 44 places au grand maximum) dorment tous les soirs à l’hôtel et disposent quasiment tous les jours d’excursions et de découvertes culturelles, e,n présence d’un guide français parlant le russe. L’autocar ne roule pas tous les jours. Les étapes varient entre 200 et 700 km, selon l’état des routes.
« Au trois-quarts du parcours, le lac Baïkal fait partie des plus beaux paysages qu’il soit donné à voir sur terre », assurent les organisateurs. L’arrivée tout au bout, à Vladivostok, ce grand port encore fermé aux touristes il y a 20 ans, reste également un moment fort de la traversée.
« Nous faisons déjà voyager autour de 300 personnes par an à bord du Transsibérien », explique Luc Le Saos. « Ce voyage en train est extraordinaire mais il est difficile de s’arrêter ou d’organiser des pauses. Avec cette formule en autocar, les arrêts dont nombreux (de plusieurs heures à plusieurs jours). Nous affrétons également des transports locaux pour sortir des sentiers battus. »

« Pas de bandits de grand chemin »
« Mais que l’on se rassure, si le voyage paraît audacieux, il s’effectue sur un itinéraire parfaitement sécurisé que nous avons déjà effectué en reconnaissance au cours de nos raids en 4X4 », rassure le directeur Michel Salaün.
« Pas de route défoncée, pas de bandit de grand chemin comme le colporte la légende ! », assure Jean Lallouet. Et « c’est important pour notre groupe de proposer des produits qui sortent de l’ordinaire », complète Michel Salaün.

A la carte
Tout est balisé. Les passagers peuvent se laisser conduire, profiter du paysage et des visites organisées selon une formule tout compris. Le prix de la grande traversée est de 13.599 euros (transport en avion compris). « Des voyages qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses mais qui donnent envie et qui font rêveré, estime le directeur. Pour ceux qui n’ont ni le temps, n les moyens de rejoindre le Pacifique, des tronçons d’au moins trois semaines so,nt également proposés avec les transferts en avion.

Stéphane Jézéquel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>