Archives mensuelles : mai 2019

Bon baiser d’Asie

Jeudi 30 mai 2019 - Nous découvrons ce matin Perm dont le nom est lié, par l’imagination débordante de Jules Verne, à celui de Michel Strogoff qui y débarqua à bord du vapeur Le Caucase en provenance de Nijni-Novgorod.

Située sur la rivière Kama, un des principaux affluents de la Volga (1805 km de long, plus de 2 fois la longueur du Rhône !), Perm s’est appelée Molotov de 1940 à 1957, du nom de Viatcheslav Molotov, diplomate et ministre des Affaires étrangères de l’URSS (et passé à la postérité pour le cocktail portant son nom et dont il n’est absolument pas l’inventeur !). Ville industrielle de plus d’un million d’habitants, elle constitue pour nous surtout la dernière étape européenne de notre croisière routière. Nous quittons donc Perm avec l’Oural en ligne de mire.

Nous atteignons la fameuse frontière Europe-Asie en fin d’après-midi, à quelques kilomètres de Ekaterinbourg (et à 1678 km de Moscou !). Ici, point de contrôle de police, point de douanier, mais un obélisque placé sur la ligne de partage des eaux. Le lieu est bien sûr mythique, le moment unique. Nous profitons de l’endroit pour déboucher quelques bouteilles de champagne embarquées dans les soutes du car à Brest. Comme nous, elles ont traversé tout le continent, l’Europe, de l’Atlantique à l’Oural, si chère au général De Gaulle. Nous l’avons fait, c’est un bon début.

Ijevsk, à portée de fusil

Mercredi 29 mai 2019 - Connaissez vous l’Oudmourtie? Pour être plus précis même, la République d’Oudmourtie? A 400 km à l’Est de Kazan, nous voici ce midi à Ijevsk, la capitale de cette petite république (de la taille de la Suisse!) dont la naissance remonte à 1934 à une époque où Staline voulait donner un territoire à chacune des minorités ethniques de l’URSS. Le République des Oudmourtes fut fermée aux étrangers pendant toute la période soviétique. Elle était, à l’époque, un complexe militaro-industriel de premier ordre. En 1807, les Russes fondèrent à Ijevsk une première usine d’armement. C’est dans cette usine, quelques décennies plus tard, qu’a été mis au point et fabriqué le célèbre fusil d’assaut Kalachnikov AK-47 (et ses versions ultérieures). Mikhail Kalashnikov, ingénieur soviétique, a passé une partie de sa vie à Ijevsk. C’est ici qu’il est décédé en 2013.

Ijevsk compte aujourd’hui un peu plus de 600 000 habitants. Si elle reste une ville industrielle (on y construit toujours de armes, mais aussi des voitures de marque coréenne), elle possède quelques édifices religieux, dont la très belle église Saint-Michel, rasée par les Soviétiques en 1937, et finalement reconstruite entre 2004 et 2007.

Notre journée s’achève à Perm. Nous sommes déjà à 1532 km de Moscou. Et nous avons désormais 3 heures de décalage avec la France ! (12h00 à Perm = 09h00 en France).

La Russie à la sauce Tatare

Mardi 28 mai 2019 - C’est une autre Russie que nous découvrons aujourd’hui à Kazan. Nous sommes déjà loin de Moscou (815 km nous séparent de la capitale russe) et les visages ont changé. La cuisine est plus épicée aussi. Nous sommes désormais au Tatarstan ! Dans la République du Tatarstan pour être plus précis, une des 22 républiques créées pour donner un territoire aux ethnies (comme la Tchétchénie, la Tchouvachie que nous avons traversée hier, la Carélie ou la Crimée pour ne citer que quelques exemples).

Les Tatars seraient les descendants de hordes mongoles venues piller puis s’installer dans les steppes d’Europe, entre mer Noire et Caspienne, à partir du XIIIe siècle. Soumis par les russes au XVIe siècle, les Tatars ont prospéré dans l’ensemble russe puis soviétique, conservant notamment leur religion, l’Islam, qu’ils revendiquent fièrement en construisant en 2005, dans le kremlin de Kazan qui domine la Volga, la plus grande mosquée d’Europe après celles d’Istanbul. Kazan est indéniablement le centre religieux musulman de Russie. Nous visitons la magnifique mosquée Qolsharif, qui peut accueillir 6 000 fidèles, mais sert principalement, en dehors des grandes fêtes religieuses, de musée de l’Islam. Les hauts minarets contrastent avec les bulbes bleus constellés d’étoiles dorées de la voisine cathédrale de l’Annonciation. Le mélange des genres est étonnant.