08/06/2017 : Un thé au samovar avant la taïga

Découverte aujourd’hui de Novossibirsk, la 3e ville de Russie (1,6 million d’habitants) après Moscou et Saint-Pétersbourg. Novossibirsk est la fille du Transsibérien. C’est l’ouverture de la célèbre ligne ferroviaire qui a permis son développement à partir de 1893. La ville s’étend sur les deux rives du fleuve Ob, qui a ici une largeur de 1,8 km. Novossibirsk sous le soleil est plutôt agréable. Nous découvrons la gare,  une des plus grandes du pays, construite en 1896 au kilomètre 3336 (de Moscou il s’entend !) sur la voie ferrée transsibérienne qui en compte 9288 (de Moscou à Vladivostok).  Sur la perspective Rouge (la grande avenue de la ville), devant le grand théâtre, la statue de Lénine avec son grand manteau flottant au vent est surnommée Batman par la population. Le pauvre Lénine a été repeint il y a quelques mois aux couleurs de l’Ukraine par deux activistes, arrêtés puis condamnés à 2 ans de prison pour leur mauvaise blague : on ne plaisante toujours pas les symboles de la nation en Russie !

Avant le déjeuner, nous assistons à une démonstration de préparation du thé traditionnel russe au samovar. En plus d’être un bel objet, le samovar est très convivial. Une dizaine de personnes peuvent boire du thé simultanément (le réservoir peut contenir, selon les modèles, de 3 à 5 litres d’eau). Le goût du thé préparé au samovar est incomparable, du fait qu’il infuse sur la durée. Le thé est allégé en théine et chacun fait son dosage (plus ou moins fort) selon son désir.

Nous reprenons la route dans l’après-midi, direction Kemerovo et le bassin minier du Kouzbass, à  travers des paysages de forêts, un peu la carte postale de la Sibérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>